Films à l'affiche

alt

Une reconstitution minutieuse de l'affaire du “tueur de l'Est parisien"

alt

"A voix haute", un documentaire de Stéphane De Freitas

 

Notre sélection du mois 

Blockbusters, cinéma d’auteur, films du patrimoine, courts métrages, films documentaires, cinéma d’animation : découvrez notre sélection des nouveautés de ces dernières semaines.

La sélection

Cinéma coréen

alt

Tunnel de Kim Seong-Hun 

Le héros de ce film se retrouve coincé sous les ruines d’une autoroute effondrée. Parviendra-t-on à le trouver avant qu’il ne meurt étouffé tandis que son épouse, des sauveteurs, les médias et les personnalités politiques, à la surface, tentent de faire concorder leurs intérêts contradictoires ? Kim Seong-Hun signe un film catastrophe pour dénoncer la corruption dans son pays

 

Le cinéma coréen en 14 films

Le cinéma coréen est un vivier de découvertes qui s’est notamment manifesté dans les films de genre. 

A découvrir

Thématique

L'adolescence au cinéma

De Mustang à Camille redouble en passant par La Boom, il n’y a pas une adolescence mais des adolescences qui se cherchent irrémédiablement.

Une sélection sur l'adolescence au cinéma via 23 films, quelques courts métrages et documentaire.

Voir la sélection

alt

Source: Médi@thèque numérique du Lot

Films "biopic"

alt

Rodin de Jacques Doillon - Lire la suite

alt

HHhH de Cédric Jimenez - Lire la suite

 

Le film "biopic" en 12 titres

A l’occasion de la sortie VOD de Rodin et de HHhH, retrouvez une sélection de 12 films biographiques, en anglais « biopic », pour plonger dans la vie de personnages ayant réellement existés.

La sélection

Films à l'affiche

alt

L'Accusé (Contratiempo) d'Oriol Paulo - C'est le film du mois

alt

Yella de Christian Petzold - Le renouveau du cinéma allemand

 

Notre sélection du mois 

Blockbusters, cinéma d’auteur, films du patrimoine, courts métrages, films documentaires, cinéma d’animation : découvrez notre sélection des nouveautés de ces dernières semaines.

La sélection

L'adolescence en 23 films

Mustang

Deniz Gamze Ergüven

1h33min05

Les Héritiers

Marie-Castille Mention-Schaar

1h40min48

A 14 ans

Hélène Zimmer

1h26min36

Elephant

De Gus Van Sant

1h18min17

Swagger

De Olivier Babinet

1h23min52

Passe ton bac d'abord

De Maurice Pialat

1h25min02

Fantastic BirthdayGirl Asleep

Rosemary Myers

1h17min13

De toutes mes forces

De Chad Chenouga

1h33min35

Gregory's Girl

De Bill Forsyth

1h27min31

Jamais contente

Emilie Deleuze

1h25min59

La boum

De Claude Pinoteau

1h49min17

Le coeur en braille

De Michel Boujenah

1h28min36

Camille redouble

Noémie Lvovsky

1h55min21

À nos amours

De Maurice Pialat

1h39min07

Difret

De Zeresenay Mehari

1h35min13

L'année prochaine

Vania Leturcq

1h43min42

L'Ennemi de la classeRazredni sovraznikn

De Rok Bicek

1h47min31

Dehors, c'est l'étéDraussen ist Sommer

De Friederike Jehn

1h32min21

My Summer of Love

De Pawel Pawlikowski

1h22min52

Jeune et jolie

De François Ozon

1h29min31

L'Intervallo

De Leonardo Di Costanzo

1h23min05

Soit je meurs, soit je vais mieux

Laurence Ferreira Barbosa

1h47min36

Grave

Julia Ducournau

1h38min21

L'adolescence en doc

Adolescents et famille

Marcel RUFO

1h07min50

Amours adolescentes

Dominique Gros

1h10min26

Pauline s'arrache

Emilie Brisavoine

1h29min01

L'adolescence en courts

Rodlos

Kira Richards Hansen

19min39

Le Plongeon

Delphine Le Courtois

09min51

C'est gratuit pour les filles

Marie Amachoukeli

22min04

Madre

De Simon Mesa Soto

14min11

T'es con Simon

Claire Barrault

13min43

Goût bacon

Emma Benestan

12min45

Chasse royale

Lise Akoka

28min24

Des poux dans la paille

De Didier Crepey

22min40

Joue-la comme la vie

De Hubert Brunou

51min34

18 ans

De Frédérique Pollet Rouyer

23min25

Aglaée

De Rudi Rosenberg

19min46

Courts métrages

alt

Le Festival Chacun son court

Retrouvez les films nominés de l'édition 2017 du festival organisé par CVS et une vingtaine de médiathèques françaises, en partenariat avec le Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand.

Les films nominés 

Documentaires

alt

Terre de roses de Zaynê Akyol

Dans les montagnes et le désert du Kurdistan, des femmes luttent contre Daech et défendent leur territoire. Lire l'article

Film noir

alt

Le serpent aux mille coupures d'Eric Valette - Un polar vénéneux. Voir le film

alt

 

L'amour du genre : entretien avec Eric Valette

A l’occasion de la sortie de son dernier film : Le Serpent aux mille coupures, CVS s’est entretenu avec Eric Valette, le réalisateur.

L'entretien

Notre sélection cinéma de la rentrée

Blockbusters, cinéma d’auteur, films du patrimoine, courts métrages, films documentaires, cinéma d’animation : une sélection des nouveautés de ces dernières semaines.

Noces

De Stephan Streker

1h33min37

Les OubliésUnder sandet

De Martin Zandvliet

1h37min01

Sage femme

De Martin Provost

1h52min09

LaylaLayla Fourié

Pia Marais

1h46min52

Tous les films

Documentaires

alt

Laïcité Inch' Allah ! de nadia El Fani - Un document utile à la compréhension du printemps arabe... Lire la suite

alt

It Was Fifty Years Ago Today ! d'Alan Parker - Documentaire musical sur les Beatles... Lire la suite

alt

Les chèvres de ma mère de Sophie Audier - Passage de témoin  entre deux femmes sur le plateau du Verdon... Lire la suite

Films : nos préférés

alt

Noces de Stephan Streker - L’héroïne de "Noces" veut à la fois la liberté et l’amour de ses geôliers... Lire la suite

alt

Les Oubliés de Martin Zandvliet -  Le calvaire de jeunes soldats allemands prisonniers des Danois... Lire la suite

alt

Layla de Pia Marais - Chronique fataliste sur la société sud-africaine... Lire la suite

Courts métrages

alt

3 petits courts : Albertine d'Alexis van Stratum, L'Esprit du Loup de Katia Scarton-Kim, Une vie ordinaire de Sonia Rolland... Lire la suite

alt

Maman(s) de Maïmouna Doucouré - Un film multiprimé , révélée par Talents en courts... Lire la suite

alt

Mutants d'Alexandre Dostie - Meilleur court métrage au canada... Lire la suite

Classiques du cinéma et films cultes

alt

La nuit des morts vivants de George A. Romero - Hommage au maître de l'horreur disparu en juillet... Lire la suite

alt

Wake in Fright de Ted Kotcheff - Un chef d'oeuvre signé par le réalisateur de “Rambo”... Lire la suite

alt

Les tueurs de la lune de miel de Leonard Kastle -  Toute la noirceur du cinéma indépendant américain... Lire la suite

Les films de l'été

Festival d’Annecy 2017

Qui remportera le Cristal ?

Devenu au fil des ans une référence mondiale dans le domaine du film d'animation, le Festival d'Annecy offre une compétition internationale rassemblant plus de 200 films du monde entier parmi lesquels des courts et longs métrages, des films télé et de fin d'étude.

Retrouvez les films longs et courts primés lors des précédentes éditions

Les films récompensés

Cristal d’honneur pour Georges Schwizgebel

Cette année, le Festival d’Annecy décernera son Cristal d’honneur à Georges Schwizgebel, une personnalité dans le domaine de l’animation suisse.

Depuis Le Vol d’Icare (1974) jusqu'à Le Roi des aulnes (2015), il réalise une vingtaine de films ayant pratiquement tous gagné des prix internationaux (Cannes, Zagreb, Hiroshima, Stuttgart, Ottawa, Espinho…). Deux d’entre eux, 78 Tours (1985) et La Course à l’abîme (1992), figurent notamment au palmarès des 100 films d’animation les plus marquants.

 

Rétrospective Georges Schwizgebel

Le film aux 23 récompenses

La La Land 

De Damien Chazelle avec Ryan Gosling et Emma Stone

Au pays de Chantons sous la pluie, référence glorieuse, indépassable, Damien Chazelle le conquérant retrouve le lustre d'un Hollywood légendaire et donne libre cours à son goût pour Jacques Demy et pour les amours impossibles

Voir le film

Dans les coulisses du pouvoir

alt

Edouard, mon pote de droite

Avec la nomination d'Edouard Philippe au poste de Premier ministre, nous ne pouvions pas résister à l’idée de vous proposer Edouard, mon pote de droite réalisé par Laurent Cibien.

Ce documentaire dresse le portrait aigre-doux de l’actuel maire du Havre, Edouard Philippe, et tente de comprendre la fabrique du pouvoir dans la France contemporaine.

Voir le film

Jean, Maurice, Bertrand… et les autres

Panorama du cinéma français

Les trois heures et onze minutes d'érudition et de passion du documentaire Voyage à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier remplissent parfaitement leur mission : transmettre l'amour du cinéma. Sitôt la projection terminée, on n'a qu'une envie : revoir ou découvrir les films.

De Renoir et Lumière, jusqu'à Bonello et Besson, nous vous proposons un panorama du cinéma français en 20 films réalisés parmi ceux qui ont marqué son histoire.

Plus de news

 

L'animation made in France

alt

Zoom sur les productions de Folimage

Folimage est une société installée à Bourg-lès-Valence qui produit des films d’animation.

Retrouvez une sélection de films pour petits et grands qui ont tous été recompensés dans différents festivals 

A découvrir

Made in France, l’universel d’ici ou d’ailleurs

Made in France

De Nicolas Boukhrief

1h32min29

Le thriller de Nicolas Boukhrief se résumerait à son genre, presque à de la bonne série B, si ce n’était le contexte prégnant et non des moindres : la réalité ! C’est un homme perdu qui, par recherche identitaire et rejet du monde occidental, rejoint le Pakistan, en revient sans réponses n’y hiérarchie. Pour remplir le vide créé par sa frustration, il embobine quatre jeunes tout aussi désorientés que lui pour mener un combat contre la stérilité de leurs vies. Se faire entendre, remarquer, être aux yeux du monde, même s’il faut incarner l’atrocité. Cinq hommes égarés rencontrent un destin funeste taché, tracé, coupable de ne plus faire partie de la communauté des Hommes, vont trop loin, au-delà du concevable et du pardonnable.

Ce n’est pas tant l’aspect miroitant de cette réalité que par respect des victimes de janvier et de novembre 2015 que le film a été autocensuré par son réalisateur. Une sortie direct-to-dvd mais une sortie très remarquée tout de même parce que comment ne pas en parler, pourquoi l’éviter ? Ce Made in France, ça pourrait être un made in Belgium, London, Madrid, …, et la liste ne peut que s’allonger si nous n’essayons pas de comprendre les mécanismes de la banalité du mal qui revêt le mauvais déguisement du terrorisme. Avec quelle facilité il infiltre quelques musulmans assez mûrs – ou pas assez – pour que ceux-ci se mettent à jouer du mauvais théâtre explosif sur fond de terreur et à la sauce Homeland, série télévisée américaine reine dans le genre.

Attention à l’autre facilité, la nôtre, de l’amalgame ! Ce n’est pas une religion qui nous vérole mais bien la bassesse humaine. C’est surtout l’excuse de la religion pour assouvir l’esprit petit et reptilien de certains des hommes. L’inhumanisme est dans les détails, pas le surnaturel. C’est un mal et une tentation bien de chez nous qui, si nous n’y prenons garde, s’en prend à notre personne et sclérose l’ensemble de la société. À bas le masque de cette inhumanité et toutes les autres vilenies tomberont !

Et il ne suffira pas d’internationaliser notre violence au Moyen-Orient pour trouver un coupable sur mesure au fond d’un arroyo. Il est déjà là, c’est le produit manufacturé et copyrighté par notre cécité globale.

Asphalte, le minimalisme en béton.

alt

Asphalte

De Samuel Benchetrit

1h36min06

Samuel Benchetrit nous offre son cinéma le plus abouti. Outre le casting formidable – Isabelle Huppert, Gustave Kervern, Valeria Bruni Tedeschi, Michael Pitt pour ne citer qu’eux – c’est la pauvreté du décor qui nous subjugue. C’est toute l’in-conscience du spectateur qui est monopolisée par cette mise en scène modeste mais ô combien nécessaire afin de focaliser nos yeux sur les petites joies tièdes qui jalonnent notre quotidien trop quotidien.

C’est un immeuble banal dans une cité banale. C’est le béton fissuré dont on voit la cime au-delà de nos villes-musées. La banlieue morne que les allochtones ne fréquentent pas, et pour cause son insignifiance, le lot de déjà-vu de ce béton immuable. Formes habituelles, bâtisses ridées, vieilles cheminées, grillage partout, le pavé vide voire inexistant que de rares promeneurs fuient. Immeuble incongru au milieu de nouveaux bâtiments conformes mais tout aussi décatis. Un urbaniste aura décidé de ne rien raser, cadeau-bibelot pour la postérité. Devoir de mémoire. Harmonie dans un paysage citadin défraichi…

Et pourtant, au milieu de toute cette misère quelconque, des gens sur-vivent. C’est la banalité même du lieu qui génère toutes ces différences qui fourmillent entre ses murs. Un tas de fauchés par la vie apprennent le vivre ensemble, pour le meilleur ou pour le pire. C’est une personne handicapée interdit d’ascenseur, une infirmière de nuit solitaire, une actrice fanée qui réclame un sursaut de vie, un jeune dont la seule occupation semble être de pousser son vélo jusqu’à la rue d’à côté et recommencer tel Sisyphe, une mère isolée qui recueille un astronaute tombé du ciel parce que son fils emprisonné ne viendra pas dîner. Ils habitent une Tour de Babel, ne se comprennent pas mais communiquent si bien. Ils partagent un moment de solitude. Seuls mais dans le collectif.

Surréaliste, décalé, le film ovni de Benchetrit nous enchante par ces destins connus que l’on croise tous les jours. C’est toujours la même bande baignée à la sauce belge ; Gustave Kervern pour son prochain Saint-Amour et ses anciens Grand soir et Mammuth, Albert Dupontel et ses comédies sociales, le belge déjanté Poelvoorde, le grand Depardieu qui nous étonne encore, l’empathique Yolande Moreau, le fanfaron triste Bouli Lanners, … Ce cinéma-là est increvable, le plus actuel.

Comment oublier que c’est en enfermant l’humanité riche parce que cosmopolite mais pauvre en argent que les tours s’effondrent. Oublier une part de cette humanité c’est nier l’entièreté. L’actualité le prouve et nous désole. Alors qu’il suffit de bannir la gentrification et construire des liens altruistes l’on érige toujours plus de tours…

Enfin comment ne pas admirer Isabelle Huppert, artiste confirmée, qui répète une scénette de tragédie aux relents contemporains avec la maladresse d’une femme dépassée par tout, en commençant par sa vie. Invitée de Boomerang sur France Inter ce 23 mars, elle est parfaite quand elle nous parle de cette tragédie éternelle. Le passé et le présent se confondent, inaltérables, mais nous désirons un futur davantage certain, pérenne et optimiste…

 Jean

La collection dessine toujours !

dessine45 minutes animées pour la liberté d'expression

La collection : Dessine toujours ! est une sélection des dix courts-métrages qui abordent avec intelligence et créativité le thème de la liberté d’expression selon le ressenti de chaque réalisateur, signe d’un monde plein d’idées et d’opinions différentes.

Huit courts-métrages ont été sélectionnés dans le cadre d’un appel à projet, proposés par de jeunes dessinateurs, animateurs contemporains, Européens engagés. En supplément, deux films événements « parrainent » La collection : Un épisode inédit et exclusif des « Shadoks » qui marque le retour à la télévision des irrévérencieuses créatures, avec la voix de Benoît Poelvoorde qui assure la relève de l’inoubliable Claude Piéplu. Et un court-métrage original de Vincent Patar et Stéphane Aubier, qui n’ont pas résisté au plaisir de taquiner la liberté d’expression en convoquant leurs héros de « Panique au village ».

La collection dessine toujours ! a été diffusée sur Canal le 6 janvier 2016, en hommage à Charlie Hebdo.

La collection dessine toujours !

Mustang, la candeur rabrouée

Mustang

Deniz Gamze Ergüven

1h33min05

Le film de Deniz Gamze Ergüven s’ouvre sur l’innocence immaculée de Lale et de ses quatre sœurs dans la Turquie contemporaine. À leur naïveté s’oppose l’autorité toute puissante de leurs aïeuls bienveillants, auto-proclamés gardiens de la morale absolue, à savoir garder l’incorruptibilité corporelle de leurs filles. S’ensuivent des jeux enfantins éclaboussés dans l’eau de la mer, des promenades dans les vergers des paysans du coin… Mais bientôt un scandale puéril les fustige : elles sont coupables d’avoir grimpé sur les épaules de leurs camarades qui, eux, ont le tort d’être leurs homologues masculins. Pour la grand-mère et l’oncle dominateur, tout rapport entre les deux sexes hors mariage est l’opprobre suprême, une humiliation devant l’ouma. Aussitôt la maison se vide de tout objet susceptible d’évoquer quelque liberté ou sensualité, les murs sont rehaussés, l’école prohibée, la cage dorée devient une cage tout court. Très vite les jeunes filles sont contraintes à devenir des femmes, forcées au mariage ; elles sont dangereuses au point que leurs aînés se donnent pour mission de réfréner leurs pulsions féminines. Quel spectacle indigne que ces filles victimes de leur passion ! Leur bouillonnement  hormonal est envoyé à la trappe parce qu’un trop plein de liberté octroyée aux femmes est le fléau du patriarcat viril. Mondes féminins et masculins bien cloisonnés. Chacun de son côté. Match de foot pour les uns, apprentissage de la cuisine pour les autres, cérémonial du thé pour tous. Qui n’aime pas un bon mariage bien organisé ? Plus qu’un rite de passage, ces femmes sont mariées pour leur bien et celui de la communauté au nom du qu’en dira-t-on ? Que ne bascule-t-on pas dans l’ignominie, le point de non-retour pour si peu de choses, l’inclinaison spontanée au jeu amoureux, la fraîche candeur. Et tout est permis : violences physiques, contention et op-pressions psychologiques…

Ce Virgin Suicide oriental a été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes 2015, récompensé par le prix Lumières de la presse étrangère 2016 et mérite bien sa nomination aux Oscars prochains dans la sélection Film Étranger et aux Césars de la même année. Film ô combien actuel et bien interprété par cette ribambelle féminine envoûtante et naturelle.

Jean