Cinéma

Le passé

Réalisateur : Asghar Farhadi
Durée : 2h05min. Français
Bibliothécaires
(5,0 1 votant)
Adhérents
(4,4 14 votants)
A consulter dans le cadre de votre forfait.
Après la première consultation, ce document peut être consulté pendant 48 heures
Cette vidéo n’est pas disponible dans votre pays.

Résumé

Après quatre années de séparation, Ahmad arrive à Paris depuis Téhéran, à la demande de Marie, son épouse française, pour procéder aux formalités de leur divorce.

Lors de son bref séjour, Ahmad découvre la relation conflictuelle que Marie entretient avec sa fille, Lucie. Les efforts d'Ahmad pour tenter d'améliorer cette relation lèveront le voile sur un secret du passé.

Editeur / Distributeur
Memento Films Production
Pays
France
Année
2013
Casting
Asghar Farhadi - Réalisateur
Berenice Bejo - Comédienne
Pauline Burlet - Comédienne
Sabrina Ouazani - Comédienne
Tahar Rahim - Comédien
Ali Mosaffa - Comédien
Asghar Farhadi - Scénariste
Evgueni Galperine - Compositeur
Youli Galperine - Compositeur
Distinctions

2014

César : Nommé pour le César du Meilleur film français de l'année

Nommé pour le César du Meilleur réalisateur

Nommé pour le César de la Meilleure actrice (Bérénice Bejo)

Nommé pour le César du Meilleur montage

Nommé pour le César du Meilleur scénario original

 

Golden Globes : Nommé pour le Meilleur film en langue étrangère

 

2013

Festival de Cannes : Prix d'interprètation féminine (Bérénice Bejo)

Prix du Jury oecuménique (Ashgar Farhadi)

Nommé pour la Palme d'Or 

Nommé pour le Grand Prix

Nommé pour le Prix du Jury

Nommé pour le Prix de la mise en scène

Nommé pour le Prix François Chalais

Nommé pour le Prix Fipresci - Compétition officielle

Nommé pour le Prix du scénario

Nommé pour le Prix Cannes Soundtrack

 

 

 

Critiques

Depuis "Une séparation", Asghar Far­hadi atteint l'osmose rare : être constamment sur la crête des sentiments, sans jamais verser dans la fadeur, ni la lourdeur. Télérama

Captivant comme un thriller (...) "Le Passé" produit tout ce que le cinéma est à même de donner de meilleur. Le Nouvel Observateur

Le dernier plan du premier film d'exil d'Asghar Farahdi dure longtemps. (...). Il est calme et déchirant. C'est un des plus beaux derniers plans de tous les temps. Marianne

La redoutable mécanique scénaristique, y compris le choix très intelligent des ellipses, se double d'une mise en scène implacable. Première

Catégorie
Niveau scolaire
Cette fonction est inactive en démo.