Cinéma

Au revoir là-haut

Réalisateur : Albert Dupontel
Durée : 1h58min. Français
Bibliothécaires
(5,0 1 votant)
Adhérents
(4,6 29 votants)
Cette vidéo n’est pas disponible dans votre pays.
Titre actuellement non disponible

Résumé

Novembre 1919.

Deux rescapés des tranchées, l'un dessinateur de génie, l'autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts.

Dans la France des années folles, l'entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire..

Editeur / Distributeur
Stadenn Prod
Pays
France
Année
2017
Mis en ligne
28/02/2018
Casting
Albert Dupontel - Réalisateur
Emilie Dequenne - Comédienne
Melanie Thierry - Comédienne
Héloïse Balster - Comédienne
Niels Arestrup - Comédien
Nahuel Perez Biscayart - Comédien
Albert Dupontel - Comédien
Laurent Lafitte - Comédien
Philippe Uchan - Comédien
André Marcon - Comédien
Michel Vuillermoz - Comédien
Albert Dupontel - Scénariste
Pierre Lemaître - D'après l'oeuvre de
Christophe Julien - Compositeur
Distinctions

2018

César : César de la meilleure réalisation

César de la meilleure adaptation

César de la meilleure photo

César des meilleurs costumes

César des meilleurs décors

Nommé pour le César de la Meilleure musique originale

Nommé pour le César du Meilleur film français de l'année

Nommé pour le César du Meilleur acteur (Albert Dupontel)

Nommé pour le César du Meilleur acteur dans un second rôle (Laurent Lafitte, Niels Arestrup)

Nommé pour le César de la Meilleure actrice dans un second rôle (Mélanie Thierry)

Nommé pour le César du Meilleur son

Nommé pour le César du Meilleur montage

 

Critiques

Vu le succès du livre (450.000 exemplaires), le défi était de taille. Albert Dupontel le relève avec panache. C'est un film enthousiasmant, spectaculaire, traversé par une conviction d'airain : le cinéma est porteur de vérité. Celle du cœur des hommes. Le Nouvel Observateur

Cela fait un bien fou de voir un cinéma français capable d'être épique  et émouvant, sans pour autant tomber dans l'académisme et la guimauve. L'Express

D'un grand livre, Dupontel a tiré un grand film. Ouest France

As de la débrouillardise, doté d’un sens inné du cadre, capable de faire passer un film à 5 millions d’euros pour une superproduction, Dupontel a enfin bénéficié de moyens conséquents : ils sont à l’écran, et mieux encore. Première

Albert Dupontel parvient toujours à équilibrer l’eau de rose et le vitriol. Avec, en prime, de formidables trouvailles visuelles : à travers la collection de masques portés par Edouard pour cacher sa gueule cassée, tout l’art moderne et la culture populaire du début du XXe siècle défilent… Télérama

Catégorie
Niveau scolaire
Cette fonction est inactive en démo.