A consulter en ligne

Marcel Ophuls, Parole et Musique

De Bernard Bloch

53min56

Fils du cinéaste Max Ophuls, Marcel Ophuls est un cinéaste à la fois reconnu et méconnu. Dans sa maison de Lucq de Bearn, "au pied des montagnes qui lui ont sauvé la vie", Marcel Ophuls a accepté d’assister à la projection d’extraits choisis de quatre de ses films (Le Chagrin et la pitié, The Memory of justice, Hôtel Terminus, Veillées d’armes), et d’en discuter, en vue d’en tirer peut-être un "discours de sa méthode"... En interpellant à l’écran témoins ou protagonistes, le cinéaste ne cherche pas tant à leur faire évoquer des faits passés qu’à juger au présent des circonstances ou des actes commis alors. L’écran devient un espace public où se confrontent visions d’hier et d’aujourd’hui, jugements des spectateurs et des interviewés. Au lieu de simplement regarder passer les trains de l’Histoire, les films de Marcel Ophuls nous engagent à juger de nos comportements.

Le dur desir de durer

De Bernard Bloch

53min04

Allonger la vie jusqu'à frôler l'immortalité, voilà ce qui fait rêver les hommes. Ce passionnant documentaire plonge le téléspectateur dans les secrets de l'éternelle jeunesse et, au-delà, dans l'insondable complexité du vivant.

Thierry Escaich, au miroir de J.S Bach

De Bernard Bloch

50min46

Proposer à un compositeur d’aujourd’hui de présenter son œuvre et son univers d’inspiration « au miroir » d’un musicien du passé qui lui est spécialement apparenté, tel est le moteur de « Thierry Escaich au miroir de J.S. Bach ». Thierry Escaich (né en 1965) est compositeur et organiste, titulaire de l’orgue de Saint-Etienne du Mont à Paris. Remarquable improvisateur, il interprète aussi à l’orgue ses propres compositions ainsi que les pièces du répertoire classique, en particulier celles de Bach. Enseignant, il transmet à ses étudiants l’art de la fugue et de l’improvisation au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Composer, improviser, enseigner, « animer » la liturgie le rapprochent ainsi de la vie musicale de J.S. Bach il y a trois siècles. A travers le commentaire qu’il donne de sa propre musique et la captation de ses concerts - son interprétation de la Passacaille en ut mineur de Bach, ses improvisations qui rythment le film et, point d’aboutissement du film, une œuvre chorale de 6 minutes, Exultet - ce documentaire éclaire peu à peu sa création : le goût profond pour la vitalité rythmique, l’architecture chorale, l’éloquence sous toutes ses formes, la méditation et l’austérité, avoisinant l’expression la plus éblouissante.

Managers, encore un effort

De Bernard Bloch

53min12

D'une manière générale, nous percevons la mondialisation comme un pouvoir financier qui se construit aux dépens des ressources humaines. Dans cette course effrénée pour gagner des parts de marché, les entreprises exigent des salariés qu'ils s'adaptent aux modes intensifs de production. De nombreux cadres s'aperçoivent alors qu'ils sont devenus des salariés vulnérables comme les autres. "Managers, encore un effort..." s'intéresse aux victimes et aux acteurs de cette guerre économique, dirigeants et cadres d'entreprise, sur les lieux mêmes de leurs formations ou de leurs recherches d'emploi pour interroger le sens de leur travail. Que penser de leurs conduites à la fois soumises, complices ou résistantes aux nouvelles formes d'organisation du travail ?

Pli selon pli

De Bernard Bloch

56min40

« La pulpe même du sensible, indéfinissable, n’est pas autre chose que l’union en lui du « dedans » et du « dehors » ; le contact en épaisseur de soi avec soi ». E. Levinas La vie et l’œuvre de Clérembault (1872-1934), psychiatre et photographe, que Jacques Lacan reconnaissait comme « son seul maître en psychiatrie ». Auteur de « La passion érotique des étoffes chez la femme », il réalise à Fès des milliers de photos de femmes marocaines entièrement enveloppées dans le haïk traditionnel. Il dispense aux Beaux-Arts un cours sur le drapé méditerranéen en s’inspirant des sculptures antiques du Louvre. Il se tire une balle dans la bouche devant son miroir dans son pavillon de Malakoff.

Le chant de la seconde

De Bernard Bloch

34min15

A Gentilly, sa ville natale, Robert Doisneau visite ce qui sera son futur cénotaphe, l’ancien hôtel du Paroy. Il se met en scène devant sa chambre noire en reprenant la pose de certaines de ses photos célèbres : le boucher, un clochard, Picasso, Anita, … A travers ces récits d’instantanés, il nous livre sa vision des hommes et des femmes.

Marcel Ophüls, parole et musique

François Niney

53min53

Dans sa maison de Lucq de Bearn, au pied des montagnes qui lui ont
sauvé la vie, Marcel Ophüls a accepté d'assister à la projection
d'extraits choisis de quatre de ses films (Le Chagrin et la pitié, The
Memory of justice, Hôtel Terminus, Veillées d'armes), et d'en discuter,
en vue d'en tirer peut-être un discours de sa méthode...
En interpelant à l’écran témoins ou protagonistes, le cinéaste ne
cherche pas tant à leur faire évoquer des faits passés qu’à juger au
présent des circonstances ou des actes commis alors. L’écran devient un
espace public où se confrontent visions d’hier et d’aujourd’hui,
jugements des spectateurs et des interviewés. Au lieu de simplement
regarder passer les trains de l’Histoire, les films de Marcel Ophüls
nous engagent à juger de nos comportements.